Preesale : transformer une vente de ticket en alibi de conversation

Publié dans Régional-IT — Brigitte Doucet · 16/09/2016

Preesale est une solution de vente enligne de tickets, intégrée à Facebook, qui veut aussi, sinon surtout, maintenir un dialogue entre organisateurs d’événements B2C et participants, optimiser le taux de conversion visite-inscription et favoriser ventes croisées et incitatives.

Preesale a imaginé une solution de vente de tickets enligne pour événements B2C. Evénements en tous genres — culturels, expositions, salons, festivals de musique, ateliers de formation…

Coeur de cible pour la jeune pousse bruxelloise: les événements B2C comme on l’a vu, même si le B2B n’est pas exclu; des événements attirant de 50 à 50.000 participants, avec un coût moyen de ticket de 20 euros.

Elle opèrera aussi en white labelling “par exemple pour des agences de marketing qui désirent apposer leur marque sur le processus de ticketing” ou encore pour des organisateurs d’évènements, avec prélèvement d’une commission sur chaque ticket vendu.

L’un des arguments que compte faire valoir Preesale, pour convaincre sa cible, 
est le prélèvement d’une commission moins vorace que celle qu’exige par exemple une EventBrite sur la scène B2B — parfois jusqu’à 25% du prix du billet. Preesale, elle, se contente de 10%. Notamment grâce à un prélèvement moindre effectué par Stripe.

L’appli Preesale s’intègre directement dans la page Facebook ou dans le site Internet des organisateurs. L’intégration avec Facebook est un choix délibéré: “c’est ainsi qu’on atteint la plus grosse audience”, souligne Geoffroy Simon. Pas moins de 46 millions d’événements sont en effet organisés ou relayés via Facebook chaque année à travers le monde.

Pour le paiement online, Preesale a choisi Stripe en raison de sa flexibilité et de la sécurité qu’elle garantit (en ce compris, sa capacité à détecter des fraudes à la carte de crédit). Stripe permet en outre de verser immédiatement l’argent, dès la pré-vente, sur le compte de l’organisateur (avec remboursement automatique des acheteurs en cas d’annulation de l’événement). Par ailleurs, l’enregistrement des coordonnées financières ouvre la voie à des ventes croisées plus aisées. Mais les fonctionnalités ne se limitent pas à la vente pure et dure — depuis la création du ticket jusqu’au paiement en-ligne.

Du texting temps réel permet aux organisateurs d’informer les participants (avant, pendant et après l’événement). En la matière, Preesale promet de ne pas déraper vers du spamming: 3 SMS maximum par événement, “limités aux informations réellement importantes ou utiles, du genre retard de l’artiste, indications sur le parking le plus proche, upgrade VIP…”


Pixel de conversion

La solution inclut également une série d’outils pour assurer un suivi temps réel d’audience, optimiser la conversion de visites et favoriser le cross-selling… Des exemples? “Nous récoltons des informations pertinentes à la fois sur le profil de celui qui achète un billet (données du profil professionnel ou privé via LinkedIn Connect et Facebook Connect) mais aussi sur le cheminement qu’il suit dans l’application. Combien de personnes sont “entrées” dans l’e-shop, combien et lesquelles ont sélectionné un ticket, ont réservé une date, ont finalisé le processus et payé…


Lean start-up, lean resources

Ne pas charger la barque. Exploiter les ressources et les solutions déjà existantes, sans tout redévelopper soi-même. Voilà pourquoi et comment Preesale bâtit sa solution. “Nous externalisons le plus possible le développement technologique en profitant des API disponibles. Nous cherchons ce qui se fait de mieux et nous l’intégrons.”

Et cela se vérifie à tous les “étages”: codéveloppement avec Stripe (pour Stripe Account), recours aux connaissances de développeurs ayant travaillé pour Instaply pour le texting (voir ci-dessous), plateforme SendGrid (start-up également accélérée par TechStars) pour les processus d’emailing, MixPanel pour la récupération des données des participants…

Cela permet à l’organisateur d’un événement de mieux savoir comment s’adresser à sa cible, comment promouvoir un autre événement, relancer les personnes qui ont démontré un certain intérêt sans aller jusqu’à payer. En identifiant des personnes davantage susceptibles d’être intéressées, il évite de spammer un million de Belges… Il peut aussi offrir des 
avantages à ceux qui ont franchi toutes les étapes, par exemple des réductions sur des produits dérivés pendant les heures qui suivent l’achat du ticket…” Autrement dit, Preesale veut automatiser et rendre le plus fluide possible le principe de conversion optimale de visite. “Nous revendiquons une augmentation des ventes de tickets de l’ordre de 10 à 15% en moyenne.”

Objectif: procurer aux organisateurs d’événements une solution intégrée, où la transaction devient fluide et peut être exploitée, prolongée au-delà de l’événement. Un “Shopify de la vente en ligne de tickets”, comme l’appelle Geoffroy Simon.


L’équipe

En plus de Geoffroy Simon (CEO) et de Lloyd Siberdt (directeur de la stratégie) que nous vous avons déjà présentés dans cet autre article, l’équipe Preesale se compose encore de Jérémy Thiry, directeur technologique que Geoffroy Simon a côtoyé chez TagTagCity, de Jomaa Darej, directeur financier, et de Nicolas Maroy, responsable communications.

Le trio “accéléré” à Atlanta. De g. à dr.: Jérémy Thiry, Geoffroy Simon, Lloyd Siberdt.

Compte tenu de ce que Geoffrey Simon expliquait plus haut sur le fait de “tenir le plus longtemps possible avec l’argent en caisse”, il compte gérer Preesale en étant “très prudent en termes de recrutements”. Sans pour autant se priver de talents. Ainsi vient-il de convaincre David Nguyen et Eric 
Darchis, deux des développeurs ayant travaillé pour Instaply (solution de text messaging pour commerçants), de venir travailler sur le projet (plus spécifiquement sur le volet texting) mais en tant que développeurs indépendants.